27.01.11

Permalien 11:05:27 pm, Categories: Articles  

Lettre ouverte à n'importe qui

par Naji Boulos

Je ne sais à qui adresser cette lettre car dans ce pays personne n'est responsable et tout le monde se renvoie la balle.

Depuis dix ans, lorsque je quitte mon bureau situé à Sin El Fil pour rentrer chez moi dans les hauteurs du Metn, j'emprunte la route dite "de la mer". Cette route, que mon père décrivait de paradisiaque, car c’est là qu’il fuguait avec ses amis pour nager nus dans la mer près des champs de bananiers, n'a plus rien d'idyllique, bien au contraire.

Tout d'abord je longe le fleuve de Beyrouth, ses égouts et sa puanteur, j'arrive à la Quarantaine pour être envahi par l'odeur des abattoirs et des usines d'incinération puis je longe le fameux dépotoir de Bourj Hammoud et sa montagne d'ordures qui s'accumulent, depuis 15 ans, à ciel ouvert.
Plus loin, le paysage n'est guère plus agréable avec, à gauche et à droite du boulevard, les réservoirs de pétrole et de gaz suivis d'une série d'immeubles vétustes, d'usines délaissées et délabrées, et quelques boutiques chics mal placées.

Et puis soudain, Miracle !, les automobilistes découvrent un tronçon de 50 mètres ouvert sur la mer, une petite plage typique qui nous rappelle que la mer est bien là, à 20 mètres, mais on ne le voit pas. Parfois avec un peu de chance, au soleil couchant, je croise des pêcheurs qui retirent lentement leur filet remplis de poissons. Dans tout ce parcours, c'est la seule échappatoire, le seul indice qui nous prouve que le Liban est toujours un pays méditerranéen. Parce qu’après, la situation se dégrade à nouveau, avec la Marina de Dbayé, ses trous béants, sa corniche en béton, ses blocs de pierre hideux jetés dans la mer.

Chaque jour, je me dis : pourvu que ca dure. Mais au Liban, il est interdit de rêver, depuis 10 jours un bulldozer recouvre lentement mais sûrement ce dernier tronçon de plage. Bientôt, un nouvel édifice verra le jour et la vue de la mer disparaîtra à jamais.

Qui est responsable? Qui a donné l'autorisation d’entamer les travaux? Le ministre des Travaux publics, le Mohafez du Metn? Le président de municipalité d'Antélias? Les députés du Metn ? Qui sont ces entrepreneurs véreux sans foi ni loi qui ne reculent devant rien pour se remplir les poches?

Le Liban se défigure de jour en jour, et les responsables sont aux abonnés absents quand ce n’est pas eux les commanditaires de ces travaux illégaux.

Quand à nous, Metniotes, il nous faudra aller encore plus loin pour voir la Grande Bleue parce que maintenant, c’est officiel, la vue sur la mer dans le Metn, n’existe plus.

Pingbacks:

No Pingbacks for this post yet...

This post has 555 feedbacks awaiting moderation...

Octobre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Jean-Claude Boulos

ECRIVEZ VOTRE COMMENTAIRE en cliquant au bas de chaque catégorie. Découvrez la biographie, les poèmes d’Amertumes, tous les chapitres de La Télé, Quelle Histoire, les articles, les photos de Jicébé…

Rechercher

powered by
b2evolution