Humeurs Passées (Septembre 2010)

01.09.10

Humeurs Passées (Septembre 2010)

Permalien 04:51:36, Catégories: Arbre généalogique  

30 Septembre 2010

Quand on invite des visiteurs d'Alsumaria à déjeuner chez Mounir le restaurant libanais qui ne désemplit jamais, on est obligé de revenir à des heures indues à son bureau et ne plus donc trouver suffisamment de temps pour écrire une longue humeur . Alors que faire sinon de reprendre les titres des journaux et de faire de petits commentaires.

TSL : raidissement dans les deux camps:
Commentaire: à force de s'exciter les uns contre les autres il était normal que les hommes se . . . "raidissent".
Même si la plus belle femme au monde ne peut donner que ce qu'elle a.

Le régime syrien abat ses cartes et fait sienne l'argumentation du Hezbollah sur le TSL:
Commentaire: Autrement dit les trois initiales vont changer de signification et TSL = Tribunal de la Syrie au Liban.
Et des têtes vont tomber. Surtout que Michel Samaha nous l'a promis hier sur Oh! TV

Le Directoire du Courant du Futur persiste et signe : pas de compromis sur le tribunal
Commentaire: premièrement il n'y avait pas de "con-promis" à la suite des séances du tribunal.
Deuxièmement: le directoire du Futur devrait partir . . . en courant !!!

Geagea: L'Etat doit assumer ses responsabilités face aux tentatives putschistes.
Commentaire. Autrement dit il demande que "l'Etat-gère". Mais comme l'Etat est déjà sur l'étagère depuis le "putsch" de l'aéroport, il faut voir comment les ranger ou . . . l'arranger. Car en ce moment l'Etat est dérange. . .

L'article de Philippe Abi Akl: "TSL: la majorité dans l'attente des éclaircissements de Sleiman"
Commentaire: l'edito de Issa Goraieb était titré hier Ola Salomon. Et faisait allusion à ce jugement que le roi Salomon devait rendre sur la maternité des deux femmes qui réclamaient un enfant. Et on sait que Salomon avait décidé de couper l'enfant en deux pour voir laquelle des 2 mères allait réagir comme une mère.
Alors le jugement de "Sleiman" sera-t-il de couper le Liban en deux???
Et Syriens d'applaudir.

Un responsable d'Amal tué lors d'une médiation dans la banlieue Sud.
Commentaire: Mais qu'allait il faire dans cette galère? Les partisans du Istyz ne savent ils pas que la banlieue Sud est un lieu interdit aux non Hezbollah?
Autrement dit en arabe : Ma fi amal li AMAL !

Migrer : un choix que font 25% des diplômés libanais.
Commentaire: Entre Migrer et Emigrer, on doute que l'on pourra un jour avoir besoin . . . "d'E"

29 Septembre 2010

Je vais être assez court aujourd'hui. Dommage diront ceux qui m'aiment et aiment mes commentaires. Tant mieux diront ceux qui détestent mes textes et m'insultent dans leur for intérieur.

La raison principale de mon humeur courte est simplement qu'il n'y a rien à ajouter à ce que nous nous sommes dits ces derniers jours. Et l'édito de notre cher ami Issa Goraieb est à lui tout seul une raison de plus pour ne pas argumenter la politique politicienne.
Alors qui ne dit mot consent? Non pas, en général (ce n'est pas un grade mais une généralité...). Et accepter tout ce qui est en train de se dire que ce soit des plus hautes instances de la Raie-Publique, de l'opposition ou des forces du statu quo est une manière comme une autre de se laisser aller à un spleen à la manière des poètes du 19me siècle, à un mal être étouffant, à un malaise dévorant qui nous laisse les mains nues (comme aurait chanté Bécaud)

On ne saura plus sur quel pied danser. On ne saura plus quelle sera la mesure de la valse effrénée que l'on nous oblige à exécuter sur le rythme de une deux trois comme une marche militaire, prête à nous faire valser à chaque moment. Pessimisme, pessimisme quand tu nous tiens tu nous tiens bien.
Et "tu nous fais tourner la tête, mon manège à moi c'est toi. . . "

Notre président a fait un discours au Mexique où il remet certaines pendules à l'heure. Mais le Mexique vit à six heures après nous. Quand nous dormons il s'éveille et quand il dort on fait la bringue. Décalage, décalage. . .

Allez je vous laisse. A demain. pourvu que quelque chose change pour le plus grand bien du Liban!

28 Septembre 2010

Comme aujourd'hui, le président Gamal Abdel Nasser mourait. De mort naturelle. C'était en 1970. La nouvelle avait vraiment choqué le monde entier et surtout les pays arabes, Le Liban en premier. Car ses admirateurs étaient descendus à Baba Edriss et avaient saccagé toutes les devantures des jolis magasins de l'époque. Abdel Nasser avait personnifié la lutte contre Israël pour obtenir la libération de la Palestine. Mais malheureusement aucune de ses guerres contre l'ennemi israélien n'avait duré plus que six jours. Il avait galvanisé la Nation arabe. Il avait démontré après Suez en 1952, que les pays arabes pouvaient et devaient vivre sans le joug des puissances occidentales: la Grande Bretagne en Iran, en Palestine et en Egypte. La France au Liban et en Syrie. Mais avec la création de l'Etat d'Israël sur une terre où habitaient depuis des siècles et des siècles les palestiniens tout avait changé et les donnes n'étaient pas les mêmes. Nasser avait une telle stature que tous les pays arabes croyaient en lui, musulmans et chrétiens réunis. Bien sûr on lui doit nos affrontements de 1958 (ou du moins on les doit à ses supporters libanais...).

Mais qui parle encore de Nasser en Egypte? Il reste encore quelques nostalgiques au Liban qui font partie d'un parti Nassérien. Mais "In nasser à rien. . . "

L'Ambassadeur de France au Liban M. Denis Pietton sait où il met les pieds dans ce bourbier infernal qu'est devenue la politique au Liban. Et il nous rappelle qu'il ne faut pas affaiblir la Finul. Notre pays qui vit la "sous-France" depuis son indépendance en 1943, comprend à demi mots le discours de M. Pietton inquiet parce que nous sommes inquiets et comment ne pas l'être.
Comment ne pas se poser des questions à la Hamlet : Etre ou ne pas Etre Libanais? Voire "Naitre ou ne pas Naitre Libanais". Et de qui devons nous avoir peur? Du tribunal qui risque de mettre le feu aux poudres? du non verdict qui risque de mettre la poudre au feu?
Craint il également qu'à la suite de notre aventure le Liban devienne la Palestine de rechange pour plaire à Israël, qui a recommencé à batir des colonies sur les terres occupées.
Enfin à qui appartient la Palestine. Et pourquoi donc les libanais seuls se sont ils engagés de bouter les Israéliens et leurs bombes atomiques dans la mer Méditerranée.
Les Libanais champions du monde de funambulisme (non le mot n'existe pas)
Puisque leur vie ne tient plus qu'à un fil. . .

Miracle: la séance du Conseil des ministres a été très paisible. On s'attendait à des réactions multiples concernant tous les problèmes épineux dont on devait discuter. Mais rien. Je vais être vulgaire : car le combat finit faute de . . . cons-battants.

Le temps des mirages est revenu. Et c'était triste de voir notre cher Walid Joumblatt essayant de donner une explication de sa déclaration concernant le TSL sans convaincre personne puisqu'il disait juste le contraire de ce qu'il prêche depuis 2005. Après tout il suit le proverbe : Que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite. "
Au fait est il à gauche ou à droite. ?

On ferme un pont pour faire défiler des mannequins et on empoisonne la vie de centaines de milliers de paisibles citoyens obligés de rester sous le soleil à attendre leur tour de passer. Et la dame qui s'occupe de ce défilé de mode s'énerve que les Libanais . . . s'énervent. Et le pont restera fermé jusqu'a demain soir. Brassens chantait :"Il suffit de passer le pont, c'est tout de suite l'aventure. . . "Les organisateurs nous ont vraiment pris pour des. . . p(ons)onts.

27 Septembre 2010

Je dois le dire. J'étais en 1989, avec ma famille un de ceux qui sont "montés" à Baabda pour appuyer le mouvement du Général Aoun, mon voisin de quartier à Mar Takla et la personne avec qui j'ai sabré le champagne dans la rue quand Béchir avait été élu Président de la République. Je suis aussi de ceux qui sont montés jour après jour vers le Palais de Baabda pour acclamer les paroles du "Président et six ministres "qui avait pris les rênes du pouvoir. Je suis aussi celui qui a collaboré avec Gébrane Tuéni dans la rédaction du Nahar Arabe et International (dans sa version française. . .) en écrivant "La Page du Porc Epic". Je suis l'auteur du Credo écrit en arabe et imprimé par An Nahar Arabe, puis diffusé à 50. 000 exemplaires où je proclamais ma foi dans les discours de Michel Aoun

Et je suis l'un de ces milliers de libanais qui ont applaudi au retour du Général au Liban et qui ont acclamé la participation de ses supporters dans la marée humaine du 14 Mars 2005 envahissant la Place des Martyrs pour protester contre la présence syrienne au Liban la faisant se retirer quelques mois plus tard grâce à la pugnacité et la volonté du million et demi de Libanais qui avaient exigé le départ des troupes syriennes du Liban.

Et je suis aussi un de ces milliers de Libanais qui ont entendu un autre discours être prononcé par leur idole "le général" et se demander ce qu'il fallait faire. Et je suis aussi un de ces millions de Libanais qui ont regardé incrédules la télévision, un soir, pour voir Michel Aoun signer avec le Chef du Hezbollah, un traité de coopération et d'amitié qui allait aboutir au retour en force de l'influence de la Syrie au Liban.

Et je suis enfin un de ces millions de Libanais qui ont suivi à la télévision la messe célébrée samedi dernier dans le stade de Jounieh groupant plus de 20.000 personnes, personnalités officielles, députés, ministres et surtout familles de ces milliers de martyrs libanais tombés sur le champ de bataille pour garder au Liban son statut de pays libre et indépendant. Un de ces millions médusés par le discours prononcé par le "Hakim" à la fin de la messe. Un discours prononcé dans le calme et la modération où il a tracé la volonté des chrétiens du Liban de demeurer dans ce pays béni des dieux et maudit par ses habitants. Calme et posé le "Hakim" a su trouver le mot juste, la phrase la plus correcte pour enflammer les gens et leur faire renouveler leur foi et leur confiance dans le pays.

Et je suis enfin un de ceux qui ont vu hier la différence entre le ton calme et serein du Hakim et les vociférations envenimées de ceux qui appartiennent à l'autre bord. Avec à la clef des promesses de guerre. Avec en plus, la promesse de réinvestir la salle d'honneur de l'AIB car "c'est notre droit!. . . " (on se demande qui leur a donné ce droit. )
La Raison du plus fort est toujours la meilleure
Nous allons le montrer tout à l'heure"
écrivait La Fontaine dans une de ses fables.
Et l'agneau fit les frais de cette fable.

Quand deviendrons nous des loups ?

24 Septembre 2010

Aujourd'hui c'est la sainte Thècle. Plus connue chez nous sous le nom de Mart Tacla. Nom de la banlieue de Beyrouth à Hazmieh. Bonne Fête a toutes les Takla. Car je doute qu'une libanaise porte le nom de Thècle. . .

Monseigneur Michel, Saint Michel, Archange Michel: autant de pseudonymes que nous aurions pu donner au Général Michel Aoun lors de sa conférence homélie au Synode sur le Moyen Orient qui doit se tenir au Vatican le 10 Octobre prochain.
Et il est vrai qu'il a laissé son langage de général guerrier au vestiaire afin de ne pas heurter ses auditeurs venus entendre des paroles de paix et non de guerre. Et il est vrai que le discours de Michel Aoun s'éloignait beaucoup du ton acharné, colérique, vindicatif que l'on trouve chaque fois dans ses propos, mal à propos.
Au fond peut être faudrait il lui amener chaque fois un parterre de "synodistes" pour qu'enfin son discours soit fédérateur et non insultant envers les autres parties qui ne partagent pas ses idées.
Saint Michel, "Brillez pour nous. . . "
Mais hélas tout ce qui brille n'est pas. . . Aoun !

Le Ministre du Tourisme Fadi Abboud dont tout le monde connait les liens avec le Général Aoun nous dit :"Beyrouth est une capitale sûre comparée à d'autres capitales. . . "
A-t-il pensé un instant que les fusillades de Bourj Abi Haidar qui ont "été maîtrisés par l'armée en quelques heures avaient quand même fait 4 tués et une vingtaine de blessés sans compter les destructions de maisons. A-t-il vu comment l'enceinte de l'Aéroport a été violée (. . . heureusement qu'elle n'est pas tombée enceinte...) par des barbus hirsutes et des voitures sans plaques minéralogiques apeurant les touristes qui ont cru que la guerre reprenait au Liban, avant de faire ces déclarations - utiles bien sûr pour notre image- mais si peu vraies dans la réalité quotidienne.
Fadi Abboud en fait est le Ministre du. . . "TOUT-RISQUE"

Fayez Karam avait il vraiment mis le Général Aoun au sujet de ses relations avec Israël? comme l'a affirme la MTV?A cette question il sera difficile de répondre car il y a des tas de relations qui vont se déglinguer si la nouvelle est juste.
Questions à lire avec attention:
Karam était il l'espion d'Israël ou dans l'entourage de Michel Aoun, les gens sont-ils devenus . . . "les-pions d'Israël"

L'eau deviendra-t-elle une denrée rare bientôt au Liban? à cette question les libanais reprendraient en choeur :"OH!"

Des gens veulent faire renaitre les souvenirs du Carlton de ses oubliettes. Et il semble qu'il y a assez d'archives pour permettre de faire un cadeau des Libanais pour revivre l'histoire de cet hôtel durant près de 50 ans. Un hôtel qui a été à la fois le rendez-vous de l'élite, de l'intelligentzia libanaise et le lieu de rencontres d'instances politiques importantes et de lieu de réunion de nombreux diplomates étrangers.

Que de souvenirs aussi pour nous car l'Hôtel si proche de la Télévision était un lieu de prédilection pour les émissions en direct de la CLT. C'est là qu'avait été organisé par exemple le Bal des Catherinettes au début des années soixante retransmises en direct sur le Canal 9.
Un bel Hommage à mes amis Medawar, si l'on pouvait pérenniser par l'image et les documents, l'histoire du Carlton où tant et tant de personnalités sont passées.
Mais l'Hôtel Carlton comme tant d'autres a été sacrifié à. . . "l'autel" de la modernité.

L'Ambassadeur de France répète à qui veut l'entendre que "Rien n'arrêtera le Tribunal International. . . "
Quand on s'appelle Pietton on sait sûrement où on met les pieds.

Les Jumelles les plus âgées du monde ont 98 ans et habitent le Sud de la France. Et elles sont carrément tournées vers le futur qu'elles voient avec optimisme.
Non seulement ce sont des Jumelles c'est aussi des . . . longues-vues (en plus d'être de longues vies. . . )

A feuilleter le Spécial Immobilier de l'Orient-Le Jour ce matin, on se demande quel Beyrouth allons nous faire hériter à nos enfants. Moi qui ai vécu dans le quartier de Ain Mreysseh où déjà le Phoenicia faisait image de "gratte ciel" on voyait d'un mauvais œil s'ériger tous ces immeubles bordant la Corniche de Ain Mreysseh à Manara et puis face à la grotte aux Pigeons. Quelle sera l'histoire de Beyrouth que mon fils Naji et mes filles Josyane et Myrna raconteront à leurs petits enfants? Comment continueront ils la phrase: "Il était une fois. . . "
Beyrouth oui! Il était UNE fois.
Espérons qu'elle puisse être . . . DEUX fois !

23 Septembre 2010

Heureusement que ce pays a des voisins qui l'aiment et qui veillent sur lui. . .
Je parle de l'Arabie Saoudite et de la Syrie. Ils font de gros efforts pour calmer les gens qui s'invectivent dans les rues, qui squattent un aéroport, qui vendent des idées orange, et qui essaient de calmer les ardeurs de tout un chacun au Liban. Mais il est incontestable que ces efforts sont faits par intérêt personnel des deux pays amis.

La Syrie s'abord qui est le voisin du Liban à l'Est et au Nord. Le Liban a un voisin au Sud mais ce dernier est un ennemi qui ne manque jamais de verser de l'huile sur le feu. Mais la Syrie aime le Liban car elle le considère comme sa continuation géographique vers la Méditerranée. Elle veut ainsi profiter de ses montagnes, de sa magnifique vallée de la Bekaa, de son port superbe de Beyrouth, de ses belles plages . . . mais surtout de cette obédience immédiate d'une large partie de la population qui ne rêve que d'être sous le joug des Syriens comme si l'expérience entre 1984 et 2008 ne leur avait pas suffi et comme si les prisons de mazzé ne contiennent plus de prisonniers libanais.

La Syrie est entrée par la grande porte au Liban et elle en est sortie penaude en 2005 avec une espèce de rancune envers une large partie de la population. Et tout en armant, avec l'Iran, une autre grande partie de la population. Et les partis politiques abondent qui menacent les autres au nom de la Syrie chaque fois que quelqu'un ose porter des critiques contre notre puissant voisin.

Avec son alliance avec l'Iran, notre voisin joue avec nous :"au Shah et à la Syrie. . . "

L'Arabie Saoudite elle, n'a qu'un souci en tête, garder la paix au Liban pour continuer de venir en été chez nous, profiter d'une liberté de pensée et de comportement tellement proche de l'Occident qu'ils ont nommé Beyrouth comme la capitale des vacances festives. Ils sont les bienvenus. L'Arabie nous a toujours ouvert grand ses portes et que de libanais doivent leurs succès et leurs ascensions grâce a leur coopération avec les Sociétés Saoudiennes.

Alors pour garder cette amitié, et augmenter le nombre des visiteurs de l'Arabie Saoudite, il faut réaménager les plages, garder une grande propreté dans ce pays, rêver d'une asphalte parfaite, obéir aux lois de la sécurité et de la circulation et surtout éviter de leur donner en contrepartie de leur "or noir". . . tout simplement, notre "or-dure"

Le Président se déplace à l'Onu. Nous en avons parlé hier. Il va certes défendre le point de vue du Liban auquel lui même croit: un Liban libre et indépendant, un Liban en paix, un Liban de la prospérité. Heureusement qu'il y va seul.

Car imaginez les anti discours du Général Sayyed dans le cadre de l'ONU.
Le président met le Liban . . . "aux nues"
Et Sayyed lui met le pétard. . . O. Q.
Alors que le troisième General nous menace de son . . . orange mécanique directement. . . "au-but"

Une nouvelle qui fait parler le tout Beyrouth: le général Aoun était il vraiment au courant des contacts du Général Karam avec le Mossad. ?
Si la nouvelle n'est pas fondée, pourquoi donc Michel Aoun prend-il cet air. . . maussade?
Et si la nouvelle est exacte qu'attendait son gendre ministre des ressources Electriques pour le mettre au. . . courant.
Et est il possible que le Hezb n'ait pas connu la nouvelle grâce a ses hommes eux qui sont au . . . "Coran" de tout
Dieu fasse que tout ce beau monde ne s'enfuit pas en . . . "courant"

Ce qui est affligeant avec le Sayyed, qui a pour grade général, c'est cette outrecuidance de s'adresser à tout le monde comme s'il était toujours en place à la tête de la sûreté générale avec la possibilité de faire sauter l'Etat. C'est la véritable épée de Damoclès suspendue par un crin au dessus de la tête de Damoclès lors d'un festin auquel il était convié.
A n'importe quel moment la folie des grandeurs de Sayyed risque de faire tomber l'epée de la mort sur la tête des Libanais.
C'est pour cela que l'on doit tous lui dire :"Foutez nous . . . l'épée"

Un drapeau Libanais de 65. 650 mètres carrés est inscrit au "Guinness Book of records" Le Cèdre fait 10 452 métres carrés. Il pèse 8 tonnes au total. Et c'est une entreprise . . . koweitienne qui l'a conçu et fabriqué. Avec un financement libanais. Il sera offert à l'Armée Libanaise.
Voilà des cadeaux que nous acceptons avec un immense plaisir et une joie profonde.
Vive le drapeau Libanais. Pourvu qu'il reste le seul à flotter dans le ciel de notre Pays

Nadine Ghorra se plaint dans le Courrier des lecteurs que les stations d'essence et les espaces verts sont en voie de disparition au Liban.
Heureusement que le Cèdre du drapeau cité plus haut fait 10 452 mètres carrés.
Une chance pour que le Liban reste (un peu) toujours en vert. . . Et contre tout !

22 Septembre 2010

S'il vous plait un petit sourire, le petit oiseau va sortir.
Telle pourrait être la légende sous la photo de la Une de L'Orient Le Jour ce matin montrant les deux Présidents Sleiman et Hariri en train de rire à gorge déployée.

Eh bien tant mieux si la situation prête à rire, rions. Mais pourvu que l'on ne nous fasse pas rire jaune. Et il semble bien que ce Conseil des Ministres que l'on qualifiait hier matin encore, de Conseil des Sinistres, a obéi à une sorte de descente du Saint Esprit au dessus des têtes des 12 apôtres (30 en la circonstance) pour leur dicter la bonne conduite pour faire cesser l'incendie brutal qui avait éclaté durant le week-end. Tel est bien qui finit bien.
Et le Président peut il vraiment s'envoler tranquillement à New York pour le discours devant l'ONU?

Oui! Car le président Sleiman semblait être . . . "aux nues"

Et il laisse le Président Hariri seul à tenir la barque durant son absence. En espérant que les embûches ne viendront pas également mettre des bâtons dans les roues de l'heureux SAAD (ce qui est un pléonasme franco-arabe. )
Et dès lors Hariri sera livré... "aux rues". Si les autres ruent.

Le reste sera obligé d'attendre un peu car on ne renverse pas comme çà une Raie-publique en l'absence de son chef. On attend. D'écouter ce que contiendra le discours aux Nations Unies pour voir si on fait du Liban une "nation désunie"
Et si l'on veut faire boire le calice jusqu'à la lie (a ne pas confondre avec Ali. . . )le Président sera obligé de subir... "l'eau-bue"

Yaani c'est fini! s'exclame Issa Goraieb dans son édito. La réponse est non bien sûr. Cela ne fait que commencer. Puisque nous devons faire attention à cet entrefilet ou le Général Orange pousse à la consommation ( comme dans Consommatum Est. . . ou ouest vous avez le choix. . . ) en absolvant les membres du Hezbollah d'avoir eu les armes à la main. "Ils étaient dans leurs coffres. C'est ce que MES députés qui étaient la bas m'ont affirmé. (C'est ce qu'on appelle "L'Aéro-port d'armes" ).

Vous qui avez une télévision orange, mon Général , je vous invite à revoir les images de ce samedi noir. Et vous verrez rouge, pâlirez comme un citron jaune, car ces hommes avaient "violé l'enceinte"(pas la femme) de ce salon d'honneur transformé l'espace d'une con-férence de presse en salon d'horreur. "

Comble de médisance : Sayyed tient Hariri pour "personnellement" responsable de la campagne menée contre lui. Un proverbe arabe dit :"Darabni wa baka, Sabaqani wa eshtaka". Version française: "Il m'a frappé et il a pleuré. Il m'a devancé et il m'a accusé." C'est typique de M. Sayyed.
Sauf que ses larmes sont des larmes de crocodile. . .

Les lecteur me diront qu'on ne peut rire de tout et de rien. Mais c'était trop tentant, hélas.
Cet homme de 60 ans est mort noyé dans la Méditerranée.
Il était en train de pêcher.
On l'a repêché !

21 Septembre 2010

C'est le premier jour de l'automne. Et c'est l'équinoxe. La nuit sera aussi longue que le jour. Puis à partir de demain les nuits s'allongeront.

Mais courtes ou longues, les nuits qui se profilent à l'horizon seront certainement de plus en plus longues et notre cauchemar va ipso facto s'allonger avec les nuits qui passent. Mais enfin on n'est pas ici pour parler de la nuit et du jour ni des quatre saisons.
On est ici . . . (j'allais ajouter "par la volonté du peuple et nous n'en sortirons que par la force des baïonnettes ---les locataires d'appartements auraient écrit les "bails honnêtes" …s'il en reste évidemment.

Hariri est revenu. Je ne voudrais pas chanter la chanson d'Henri Salvador "Zorro est arrivé . . . sans s'presser. . . " car j'ai beaucoup d'affection pour le jeune président du Conseil qui a soudain hérité de toutes les attaques que subissait son feu père.
Il est "armé de ses constantes" nous annonce L'Orient-Le Jour. Parfait regardons dans le dictionnaire:
1 - Constant: Ferme courageux. Et ca c'est très très bien.
2- Qui ne change pas, persévérant. Ah c'est encore mieux. (D’après ses proches il ne change que . . . son argent quand il va d'un pays vers l'autre. . .)
3- Certain, indubitable . . . çà c'est une qualité majeure.
4- Qui dure, non interrompu. Que voulez vous de mieux. Il est là pour l'éternité. Jouez hautbois, résonnez musettes. . .
5- En Maths et Physique, une constante est un coefficient ou quantité dont la valeur ne change pas.
6- La Constante solaire est une quantité d'énergie de rayonnements solaires parvenant aux confins de l'atmosphère. Autrement dit il pourrait (au conditionnel) "faire la pluie et le beau temps. Mais le fera-t-il ?
7- Il y a aussi CONSTANT 1er-Troisième fils de Constantin le Grand. . . Mais malgré les apparences, il s'agit là d'une autre dynastie. (que celle du Premier Minsitre)
De toute évidence il faudrait soit prendre chaque définition à part pour qualifier notre Président du Conseil, soit les mélanger toutes ensemble et quand on voudra analyser ses comportements prendre celle qui convient le mieux à l'instant du choix.

Mais il est incontestable que le jeune Président du Conseil réunit toutes ces qualités et il faut lui savoir gré de gérer tant de problèmes qui se sont abattus d'un seul coup sur le pays et qu'il a abordés avec sérénité et constance, avec courage et patience. Comme il a eu le courage de succéder à un poste dont son feu père avait fait un sacerdoce, et renoncer à une vie calme et sereine hors de la politique comme ses frères l'ont fait.
Tous derrière le jeune Saad Hariri.

Pour ne plus jamais avoir à vivre le "rapt" de l'aéroport de Beyrouth qui porte si bien le nom de son feu père.

Faut il craindre les virulentes critiques égyptiennes et saoudiennes contre le Hezbollah ou se féliciter que ces deux grandes puissances arabes prennent ces positions pour voler au secours d'un pouvoir libanais qui ne pouvait que vaciller sous les coups de boutoir des hommes puissamment armés du parti du Hezbollah.
Ce sont quand même deux des plus grands et des plus puissants pays arabes et ils savent ce qu'ils disent.
Et pendant que je tape cette humeur, le Conseil des Ministres va se réunir. Pour s'entendre? Pour se séparer? pour se faire la guerre en se séparant?
Ou pour dire ensemble: Un credo dans la légitimité du Liban dans ses institutions et dans son indépendance.
Le Roi Salomon avait décidé de couper le bébé en deux devant l'insistance des deux femmes de déclarer leur maternité.
Comment fera donc son homonyme libanais le Général Soleiman pour sauver le"bébé" libanais dont plusieurs forces veulent s'approprier la paternité???

La vedette incontestée du panorama audiovisuel est le député Okab Sakr. Et les déclarations télévisées qu'il fait sont très suivies. Il a même été traité de sauterelle par Jamil Sayed.
Ce à quoi Okab aurait répondu: "Il vaut mieux être une sauterelle . . . que de faire sauter la République".
Et d'ajouter:Comme les invasions des sauterelles viennent le plus souvent en mars et avril je suis fier d'être" Le Sakr du Printemps. . "

Tandis que l'on se perd en palabres dans les milieux politiques libanais, la Syrie aidée par l'Unesco part au secours de son dernier Hakawati un conteur de mille et une histoires extraordinaires. Quand Rachid el Hallaq s'éteindra le dernier des hakawati aura disparu (resteront les hommes politiques évidemment...). Mais c'est l'Unesco qui s'est émue et elle veut absolument sauvegarder ce patrimoine fantastique.
La Syrie: au secours des histoires en . . . série.

Bientôt Rachid el Hallaq pourrait ne plus . . . raser personne.

20 Septembre 2010

Que celui qui n'a pas été frappé de stupéfaction samedi soir en regardant la télévision pour voir M. Sayyed en train de hurler me jette la première pierre

Que celui qui n'a pas vu les bandes hirsutes et armées jusqu'aux dents entourer le triste sire Sayyed en train de vitupérer, me lance des accusations les plus fanatisées

Que celui qui n'a pas vu la douzaine de voitures blindées noires sans plaques minéralogiques en train de charger les partisans et acolytes du Hezbollah qui soutien le forcené nommé Saayed, me traine en prison pour mensonge flagrant.

Que celui qui n'a pas vu l'aéroport soi disant mis sous la protection de notre armée nationale pour interdire l'entrée de la salle d'honneur (devenue salle d'horreur!) aux vociférateurs au service du dénommé Sayyed, qui a cru que son nom pouvait lui permettre de se prendre pour tel, m'injurie en me disant que j'exagère.

Que celui qui n'a pas vu s'effondrer la République ce samedi soir là comme un prémices qui devrait nous attendre dans le cas où on laisse encore faire les choses me lance la première couronne funéraire a l'intention de notre Nation.

Que celui qui ce matin n'a pas regardé si son passeport était encore valide avec des visas délivrés par des pays amis, pour préparer sa fuite le plus rapidement possible dès que les barbus seront lancés dans la nature, me téléphone pour me dire que j'exagère.

Que celui qui a encore un petit espoir de lendemains heureux dans un pays malheureux d'être laissé a vau-l'eau , balloté par les vagues de l'extrémisme, menacé par les kalachnikovs des gardes du corps, m'écrive son testament avant que tout ne s'écroule sur les têtes de tous ces Samsons qui veulent faire tomber les colonnes de ce temple que le monde entier nous envie, sur nos têtes, et celles de nos enfants.

Il faut réagir. Mais quand? Comment? Où? et contre qui?
Voila le problème.

Je viens de sortir de ce déjeuner mensuel que depuis la fin de mon mandat de PDG de Télé Liban nous tenons avec les membres du Conseil d'Administration. Il y avait autour de la table: Un chiite, un sunnite, un druze, deux grec-catholiques, un grec orthodoxe et moi, le maronite. Nous n'avons parlé que de ce qui s'est passé samedi soir. Avec la nausée. Avec le désespoir. Avec la moquerie effrayée. Avec le tact de ne blesser personne. Mais par dessus tout avec l'AMITIE en majuscules que nous avons chacun pour les 7 autres. Pourquoi les autres Libanais, tous les autres Libanais ne peuvent ils pas réagir de la même manière.

Fluctuat nec Mergitur. . . est la devise de Paris. Adoptée par le Comte de Haussman au milieu du 19ème siècle.
Espérons nous aussi que nous flotterons sans jamais nous noyer.

Car Enough is enough (pour que les anglophones ne se fâchent pas de ma francophonie durable).

17 Septembre 2010

Pourquoi se cacher derrière son doigt? L'objectif principal de tous ceux qui montent au créneau ces derniers temps et qui déversent leur fiel et leur poison dans d'interminables conférences de presse ou bien dans des déclarations dont ils ne sont même pas convaincus (mais n'est ce pas il faut les faire pour ne pas fâcher les Voisins...) leur objectif principal, donc, est de faire revenir la place de la Liberté également connue comme étant la place des Martyrs ou la Place des canons, à l'époque de la fin des hostilités entre les libanais c'est à dire vers la fin des années 80. En effet, la haine qui se trouve dans le cœur de chaque parti politique opposé à la politique du Président Hariri est telle qu'ils veulent appliquer ce fameux proverbe arabe: "3Alayyi wa 3ala a3daii ya Rab. . . "

Autrement dit faire tomber le temple sur soi même et sur ceux qui y sont (voir Samson...)
On est perdu et le citoyen en a marre de regarder sa télévision pour ne voir que des gens qui vitupèrent, des gens qui insultent les autres, des gens qui perdent la notion du ridicule, des particuliers (ce que deviennent les généraux en quittant l'armée. . . ) qui croient que leur heure est venue pour sauver le Liban des mains des mécréants, en ouvrant la porte aux partis divins, qui, eux ne veulent qu'une excuse pour revenir mettre le siège sur le centre ville, de détruire tous les éléments du luxe de Bab Edriss, des Souks et de la Place des Martyrs, pour nous faire revivre dans les temps moyenâgeux de la haine et de la persécution, ou tout près de nous de nous arrêter et nous tuer, qui, parce qu'il est chrétien, qui parce qu'il est chiite et qui parce qu'il est sunnite.

En 1975, ce discours était peut-être possible à tenir, car les palestiniens voulaient remplacer leur Palestine irrécupérable par le Liban qui était autrement plus facile à prendre. Il ne l'est plus maintenant, depuis un certain 14 Mars quand le million et demi de libanais y compris les 350. 000 aounistes avaient investi le Centre ville pour dire :cela suffit nous voulons vivre libres. Et qui reviendront chaque fois que l'avenir de ce pays est contesté.

Et faire fi ainsi des menaces de tout un chacun et surtout dernièrement d'un général chargé pourtant de la Sûreté de ce pays et qui sème la discorde et l'insubordination comme si tout lui était permis.
Cà suffit. Nous voulons vivre notre vie, notre idéal, nos croyances, nos us et coutumes et nous ne pouvons nous plier à la civilisation perse, aux tabous des religions, aux interdits des extrémistes.

Le Liban, Messieurs les excités, est un pays de l'hospitalité et de la paix.
Allez faire votre guerre ailleurs. En Israël par exemple puisque c'est notre ennemi. Le vôtre aussi.
Et non pas les gens qui veulent vivre en paix et que vous menacez chaque jour d'une guerre totale. . .

L'image des souks de Beyrouth, la nuit, illuminée par mille projecteurs et un million de paillettes de la Haute Couture est une preuve supplémentaire qu'il y a de plus en plus de fossés entre les pensées des différentes catégories de la population libanaise. Une rue qui fait fi des gueguerres de 1975 et 76.

Et qui s'ouvre à la modernité du 21ème siècle.
Elie Saab, Jean-Michel Jarre et tant d'autres refont vivre Beyrouth.
Qui recommence a retrouvé sa mémoire.
Mesdames, Messiers il est interdit de tuer Beyrouth.

Aux larmes citoyens, pleurez devant toutes les instances mondiales pour que le Liban devienne un pays démilitarisé.

Pourquoi ne regarde-t-on ps ce qui se passe en Syrie et plus précisement au Golan occupé par Israel?Des centaines d'habitants du Golan occupé entament une visite en Syrie.
Pourriez vous imaginer un seconde que des libanais chassés de leurs villes et villages du Sud et qui pour ne pas mourir sous les armes des fanatiques s'étaient réfugiés en Israel étaient venus en touristes visiter LEUR Liban et revenir de l'autre côté de la frontière pur ne pas mourir dans leurs villages du Sud ???
Combien seraient ils revenus vivants ???

On ne veut plus financer le Tribunal Spécial pour le Liban (TSL)et les députés du 8 Mars ont insisté pour que l'on annule cette somme du budget libanais.
Comme ils doivent être (ou se sentir . . . )coupables tous ces gens qui ont peur de la vérité qui sortira du TSL.
Pensant que sans "sous" le TSL sera sens dessus dessous.
On ne peut conclure qu'une seule chose:le TSL a accumulé les preuves de la culpabilité de ceux qui cherchent absolument à le torpiller,..
Alors on cherche tous les moyens.
Dont, il n'y a plus de doute, celui de faire tomber le temple sur la tête de tous les joueurs. . .

Allez déridez vous.
A un illétré qui promettait à Rivarol :
- Je vous écrirai demain, sans faute. . .
L'écrivain répliqua
- Ne vous tracassez pas : écrivez moi comme vous en avez l'habitude!

- Monsieur Guitry, comment voyez vous la vie amoureuse?
- C'est très simple : on se veut et on s'enlace; puis on s'en lasse et on s'en veut

16 septembre 2010

Le match de football continue. Le ballon est dans le camp du 14 Mars qui ajuste son tir et va à l'offensive du Hezbollah dont il dénonce "le putsch permanent". Mais avant cela, l'aile droite du Hezb, lire le CPL avait fait une passe en arrière et d'avant centre le "général" (mot qui remplace le terme familier de capitaine en football) ajuste son tir vers son aile très droite et shoote sur tout ce qui bouge dans les rangs haririens. Son ballon est sorti out mais il conteste la décision de l'arbitre et lui dit "Moi je ne sors jamais les ballons. Ce sont mes adversaires qui l'ont sorti.
Il met pourtant un croche pied à un joueur adverse et ce dernier tombe dans la surface de réparation. Carton rouge pour le Général qui change le carton rouge en carton orange... n'accepte pas de sortir et se prenant pour Mirabeau lance : Je suis ici par la volonté du peuple et n'en sortirai que par la force des "bails-honnêtes". Le match se termine par des tirs au but.
Mais personne sur la scène politique libanaise n'atteint son but ! Car chacun se pose la question: "Mais qui voulez vous qu’on . . . bute?"

Y a-t-il vraiment une personnalité américaine qui sait analyser les choses qui se passent au Moyen Orient et en tirer les conclusions? J'en doute et je ne veux pour seule preuve que celle de la visite de Mitchell au Liban tendant à demander au gouvernement libanais de négocier directement avec . . . Israël.
Oui comme vous dites. On croit rêver.
Et on se demande comment avec cette naïveté les américains ont le plus fort état du monde. Surtout qu'il y a une certaine odeur d'implantation des Palestiniens au Liban. . .
Et dès lors ce ne sera plus de rêves qu'il s'agira mais de véritables cauchemars.

La majorité accuse le général Aoun de tous les maux. Et même quand il ne fait pas de déclarations, ses "disciples 'montent au créneau pour accuser les autres de faillir à leurs devoirs envers l'Etat.
A la vérité le chef du CPL a une marotte continue: celle du coup d'Etat permanent. Puisqu'il n'a pas été élu Président de la république il ne reconnait ce droit qu'à son auguste personne. Et c'est cela qui le guide dans ses discours et dans ses attitudes.
En fait dans son subconscient son parti le CPL a un sens particulier:
Conscience (du) Peuple Libanais.
Courant Pas Libre
Censurez Paroles Libres.
etc. . . Envoyez moi vos suggestions sur mon blog.

Le député Okab Saqr (nom prédestiné pour ce député qui veut appliquer la loi par le biais de "sanction"(Okab en arabe). Et il promet des révélations contre le général Sayed dans quelques jours. Comme l'automne commence dans quelques jours on le dénommera . . .
. . . Le Saqr de l'automne!

Il y a des nouvelles étranges. Celle ci par exemple: "Fausse urine pour tricher lors des tests de drogue! "Surtout quand ces derniers sont réclamés par leur entreprise.
Plus que des tests, ici c'est une question de . . . testament.

Ou de test-amants!

15 Septembre 2010

Mais qui conseille donc le général Aoun dans ses discours? Vous me direz qu'il ne peut pas avoir de conseillers qui puissent lui inspirer tout ce qu'il est en train de nous déclarer. En fait, c'est vrai. Et il faut rendre à César ce qui est à César et à . . . Michel (Aoun) ce qui est à Michel (Aoun). Je sais que certains vont me contester cette dernière phrase compte tenu du fait que Michel Aoun veut "se faire" rendre ce qui est à Michel . . . (Sleimane), et qu'il ne cesse de lorgner depuis son retour au Liban, rendu possible faut il le lui rappeler grâce à la Révolution du Cèdre à laquelle ses partisans avaient largement participée. Car lancer les slogans de désobéissance civile , faire part de son opposition frénétique à la politique de l'Etat, déverser sa haine de tout ce qui est 14 Mars, (date à laquelle ses partisans avaient participé également en masse), traiter l'Etat de "cadavre puant" alors qu'il en fait partie lui même comme député au Parlement avec des ministres occupant des portefeuilles de grand "intérêt", tout cela donc mériterait qu'il soit arrêté, manu militari (à chacun son grade. . . ) et plonge dans une prison à dix mètres sous la terre comme on avait fait avec Samir Geagea (qu'il visita, en premier, à son retour de Paris. . . sans doute pour bien s'assurer qu'il était encore emprisonné…)

Mon Général, vous savez fort bien à quel point je vous ai aimé lors de votre résistance en 1989. Malheureusement, vous avez changé et les soldats que vous aviez combattus à l'époque, ces soldats qui ont bombardé, par avion, votre palais à Baabda alors que vous traitiez à l'Ambassade de France de votre sauvegarde personnelle et que votre famille ne savait où se cacher dans le palais bombardé aveuglement par les avions et les canons.
Vous avez vu les foules qui vous ont accueilli lors de votre retour?
Mais aujourd'hui malgré tous vos efforts vous n'entendez plus les tarara tata des klaxons de voitures. La population n'a pas changé. C'est vous qui avez pris une autre voie.
Et qui parlez d'une autre . . . voix.

Une voix s'est également élevée hier à Achrafieh: celle de Nadim Bachir Gemayel. Courageux discours dans le contexte actuel qui doit certainement refléter la pensée du parti Kataeb. Nadim a sûrement consulté sa mère et son oncle Amine. Avant de se lancer dans ces accusations directes contre le régime de Damas responsable de tous ces assassinats".

C'est vrai que le proverbe libanais dit "El fajer byekol mal el tager" et les gens de" l'opposition" montent tous les jours au créneau pour hausser la voix contre les gens du 14 Mars, l'index menaçant, la voix vengeresse, les intonations révolutionnaires, et que le peuple bien crédible croit en leurs dires, mais devons nous les imiter plutôt que d'utiliser la voix de la raison et la voie de la critique ciblée.
Un proverbe dit : compter sur les doigts de la main.
Nous aussi nous disons nous comptons sur les . . . "phalanges" de nos mains, qui fermées peuvent faire justement . . . le coup de poing.
Mais comment peut on reprocher des mots prononcés par Nadim, quand Béchir lui même disait :Il faut toujours dire la vérité. . . "
Même si "toute vérité n'est pas bonne à dire".

Allons nous voir la création d'un 8 Mars bis, compte tenu de toutes les déclarations de certains membres de cette formation de l'opposition, dont les députés rappelons le avaient élu le Général Sleiman.
Tour à tour Ali Khreiss, Estephane Douehi, voire Marwan Fares mettent un peu d'eau dans leur vin (ce qui ne s'applique pas à Ali Khreiss qui ne boit pas d'alcool. . . ) par rapport aux positions outrageuses du général Sayed.
Au fond, tous ceux qui appartiennent à ce mouvement de l'opposition, il faut les envoyer sur une planète proche de la nôtre. . .
Oui. . . Oui MARS

Un producteur de films veut tourner l'histoire de ce qui se passe en ce moment au Liban. Titre proposé: "L'Affaire des Trois Généraux".
C'est à dire Michel Sleimane dans le rôle de "je suis las"
Michel Aoun dans le rôle de" je veux être la, "
Jamil Sayyed dans le rôle de "Hezbollah Hezbollah. . . "

La Faim dans le monde recule mais reste inacceptable confirme la FAO. Et déclare que toutes les six secondes un enfant meurt à cause de ces problèmes liés a la malnutrition.
La Fao demande qu'on lui donne tous les moyens pour sortir de cette catastrophe. Et de conclure :
"La FAIM justifie les moyens. . . "

En France, la Burqa a été interdite dans les lieux publics. Encore faut il préciser ce que l'on entend pas espaces publics? La rue, espace public? Le Métro espace public? Les ministères espaces publics? Interviews à la télévision, espaces publics etc. . .
Après l'affaire ambiguë des Roms, un autre problème jeté a la face du gouvernement.
Conclusion: tous les lieux publics mènent aux Roms!
(roms orthodoxes diront les maronites du Liban...)

14 Septembre 2010

To be or not to be est peut être la phrase des pièces de Shakespeare la plus connue du répertoire. Etre ou ne pas être en français. Que les bucherons transforment en "Hêtre ou pas hêtre "en voulant abattre les arbres.

Chez nous peut être certains disent :"Paraître "ou ne pas Paraître", telle est la question à laquelle il faut répondre. Et tout le monde se demande: "Mais où est il donc l'homme à réponse?" Bien sûr les gens férus de politique savent de quoi et de qui je parle. Mais beaucoup doivent se demander de quel "bois" je me chauffe quand je parle de Hêtre. Et si quelqu'un "A RI RI" de mon jeu de mots c'est qu'il a compris qu'à lames mouchetées je démarre mon humeur de ce jour. Qui est une date historique pour le Liban. J'y reviendrai plus loin.

Le silence de Saad Hariri est il vraiment énigmatique comme l'écrit L'Orient-Le Jour . Je ne veux pas me mettre dans la peau du Premier ministre. Et ce hardi jeune homme doit peser le pour et le contre pour trouver le mot le plus juste, la phrase la plus directe, et le discours qui ne casse pas "la jarra" phrase arabe qui signifie couper définitivement les ponts avec autrui.

Mais faut il répondre au général Sayed? Faut il utiliser le trivial pour répondre à l'insolence? Faut il se placer au dessus de la mêlée au nom d'un gouvernement qui tient à un fil pour que ce fil justement ne se casse pas ?
Le Liban en entier prie en ce moment pour que le proverbe: "Qui ne dit mot consent. . . " ne soit pas la réponse aux insultantes accusations de l'ancien Directeur de la Sûreté Générale.

Noblesse d'âme? Refus de rejoindre l'ennemi dans son infamie? Peur de faire glisser le terrain politique encore plus vers le chaos? Calme et sérénité héritées du Père fondateur de la révolution du Cèdre qui devait mener, après l'assassinat, à l'évacuation des armées non libanaises du Liban?
La parole est elle vraiment d'argent (argent comptant bien entendu...) quand le silence et. . . dors d'un profond sommeil. Pour oublier. . .
Sommes nous en démocratie?

Même Walid Joumblatt s'est indigné de ces déclarations acharnées, trouvant que l'acharnement était simplement injustifié. Le leader druze a gardé quand même la reconnaissance des années passées a chanter la liberté. Se trouvera-t-il quelqu'un pour lui rappeler ses prises de position au sein du 14 Mars? Paris vaut bien une messe avait dit Henri IV.
Moukhtara vaut bien un compliment de temps en temps doit dire Walid Bey.

Ce qui est étrange c'est le minutage des événements de ces deux derniers jours. Dimanche c'est l'attaque contre Saad Hariri. Lundi ce sont les agapes de Sleiman (le ministre. . . ) chez le Patriarche. Mettant fin à des années de séparation de corps et d'esprit. Ce sont les Bons Offices de la Ligue maronite qui a rapproché le député du patriarche. Dans les coulisses on raconte le scénario suivant :
Le Président de la Ligue parlant au téléphone avec le Patriarche:
"Béatitude Sleiman Frangieh est prêt à venir vous visiter.
Le Patriarche qui n'en manque pas une répond :"AMENE ! SLEIMENE"
Et la conversation l'a aussi été: Très amène. . .
Amen!

Le 14 Septembre de chaque année on ne sait de quoi faut il se souvenir. .
La Fête de la Croix qui hier a revêtu un extraordinaire faste avec l'inauguration de la plus haute Croix dans le monde.
Ou l'assassinat de Béchir le 14 Septembre 1982 avec ses compagnons.
Le premier événement se fait dans la joie et la célébration et la montagne s'illumine comme jadis quand on avait illuminé la montagne libanaise au passage du bateau qui portait des reliques du Christ
Le second se fait dans le dépit et la question reste toujours la même: Si Béchir avait terminé son mandat, aurait il pu sauver le Liban?
BILAN restera toujours une anagramme de LIBAN
Pour le meilleur et pour le pire.

A voir les photos de Lady Gaga au Video Music Awards 2010 de la MTV (à ne pas confondre avec la chaine libanaise appartenant aux Murr. . .), on comprend pourquoi le public a été enflammé.
Des bottines en viande crue: qui l'eût cru?
Une culotte qui ne cache rien des fesses : on les mangerait toutes crues.
Et des chansons du meilleur . . . cru !
Et le public en est resté . . . baba! Et sortit de la salle franchement . . . GAGA!

13 Septembre 2010

. . . "Et flatteurs d'applaudir"
Demi hémistiche tiré de la célèbre fable de La Fontaine: "Les animaux malades de la peste".
Je crains fort que nous ne soyons tous atteints par la Peste "ce mal qui répand la Terreur, mal que le Ciel en sa fureur, inventa pour punir les crimes de la terre, la Peste puisqu'il faut l'appeler par son nom, faisait aux animaux la guerre."
Hélas au Liban ce texte est loin d'être une fable, et nous devons bien nous rendre compte qu'il y a sûrement un mal (voir un Mâle--sinon plusieurs--) qui répand la terreur. . .
Etre ce mal a pour nom: la gabegie politique.

Alors comme çà parce que quelqu'un a envie de semer la discorde dans le pays, où un parti qui se targue de représenter le Bon Dieu (avec confessions... bien entendu), se rend innocent de tous les martyrs qui sont tombés çà et là, ou encore des ulémas , index pointé vers les auditeurs comme un "attention votre tour va venir", les medias se pressent pour couvrir qui en direct, qui en différé, les discours tonitruants pleins de fiel et de poison qui peuvent tuer une union nationale , qu'ils défendent dans leurs discours mais qu'ils foulent aux pieds dans leurs actes. . .
Oui! Ainsi parlèrent les rois et flatteurs d'applaudir.

Mais les autres? Oui les autres ceux qui ont envie de vivre dans ce pays béni des dieux. Ceux qui ne savent pas manier une kalashnikov pour se défendre contre l'assaillant, qui souvent sera le voisin dans l'immeuble. Ceux qui écrivent à leurs familles en Europe ou en Amérique de venir visiter le pays de leurs ancêtres , et qui est un exemple envié de tous, pour sa convivialité, la vie ensemble, la vie toutes confessions confondues. Ceux qui reviennent après avoir obtenu des licences à faire pâlir "tous les marquis de Sade. . . " afin de travailler au Liban, de servir leur pays plutôt que de servir l'étranger qui leur fait pourtant des ponts en or pour qu'ils restent à l'étranger. Ceux pour qui le Liban est le pays de la tolérance et du bien vivre. Ceux... ceux... ceux...

Et puis il y a "ce". Ce pauvre type qui a cru et qui est revenu et qui est mort du fait d'une balle perdue, d'un accident de la circulation, de la pollution de la mer. . . "Ce" fils qui a tant travaillé dehors et qui vient trouver un pays où les gens s'insultent au lieu de s'aimer, qui se haïssent au lieu de se parler, qui sont de ce côté de la rue de Damas, ou de l'autre côté de l'Avenue Bechara El Khoury, héros de l'Indépendance, et qui donnent chacun sa vérité. "Ce" français d'origine libanaise, fier de ses ascendants et qui rêve de venir exposer ses superbes peintures au Liban afin de faire partager sa joie et son talent avec les autres, lui qui n'a jamais connu le Liban et qui rêve de le peindre en photo à sa manière.

Oui il ya "ce" et "ces" fous qui ne jurent que par la terre sacrée du Liban. Et qui croient qu'un jour, les gens reviendront à leur raison. Et referont de ce pays, le pays de la joie et du bon vivre.

Et non pas ce pays que l'on fait chanter, parce qu'il ne suit pas les fous qui veulent absolument le détruire...
... Pour le conquérir.

Et vous quel Liban voulez vous ?
Oui, oui, je pense de même.
Et je pense surtout que devant ces spectacles, on ne peut pas se marrer, on ne peut pas faire de jeux de mots. Dans un pays qui agonise sous les . . . maux

10 Septembre 2010

C'est la Fête du Fitr aujourd'hui et je souhaite Bonne Fête à tous mes amis musulmans en espérant que ces fêtes religieuses réunissent tous les Libanais entre eux pour que cessent les surenchères guerrières que l'on entend(ou sous entend) dans les discours enflammés des politiciens et des religieux.

En espérant que le climat politique profite de cette accalmie religieuse et devienne plus modérée par parole, par action et . . . par omission.

La Nouvelle de la première page est venue au moins apporter un soulagement à l'échelle universelle, le pasteur intégriste Terry Jones ayant décidé in extremis d'annuler l'autodafé du Coran auquel il avait appelé de toutes ses forces. Il a fallu toute la force de persuasion de Barack Husein Obama pour arriver à convaincre ce pasteur de revenir sur son exhortation démentielle.
Le président US avait peur que cet autodafé mène les musulmans américains (et autres dans le monde…) à casser la . . . "Barack".
Et ce n'est vraiment pas le moment.

Que d'erreurs ont été commises par le 14 Mars après le départ des troupes syriennes du Liban. Au lieu de faire taire tous ceux qui durant des décennies se sont déchainés contre les figures de proue du 14 Mars, tous ceux qui ont applaudi à chaque assassinat qui était perpétré dans les régions Est contre les figures de proue de la nouvelle politique, au lieu de les trainer devant la justice pour les juger de collusion avec un pays étranger fût il "frère', on les a laissé parler, insulter, tenir des propos orduriers, enflammant les foules par des discours . . . discourtois et obscènes. Et revoilà les Mrad, les Kanso, et surtout les Kandil qui montent au créneau et déversent leurs insultes et leurs menaces.
Kandil est allé jusqu'à demander de passer Sami Gemayel en jugement.

Il y a une dizaine d'années j'avais envoyé à L'Orient-Le Jour un petit article sous le titre : "Faites donc taire M. Kandil. . . " pour lequel j'ai reçu une quantité de témoignages sympathiques appuyant mes mots.
Aujourd'hui je récidive: Faites donc taire M. Kandil. . . "
Et foutez vous du . . . "kandila-t-on. . . "

On a une nouvelle ambassadrice des Etats Unis au Liban. C'est devenu une habitude. Nous envoyer des femmes. Après Sison (sau-sison) voici Mme Maura Connelly.
Quelqu'un aurait il prononcé son nom en grasseyant les deux r en deux l.
Pour ne pas concurrencer Sean du même.

Le Président guinéen visite Beyrouth à partir de dimanche avec une grande délégation comprenant plusieurs ministres, et des représentants de libanais de Conakry.
Faudra-t-il s'attendre à signer des accords qui nous rapporteront des millions de . . . guinées?
C'est ce qu'il faut réclamer . . . "à cone et à kry" (ouille çà fait mal je le sais)

La rue Hamra reprend des . . . couleurs. Grâce au Festival de Hamra organisé par les riverains de cette rue célèbre avant la guerre et qui reprend une activité fébrile. Moi qui ai habité Ain Mreysseh durant ma tendre (hmm, hmm) jeunesse, je me souviens que nous allions jouer à police voleur sur un petit monticule de sable ROUGE (d'ou le nom de Hamra) sur l'emplacement duquel on a construit le ministère de l'Infirmation. La rue parallèle à Hamra côté Sud était planté de champs de laitue que l'on traversait à pied pour aller un peu plus haut retrouver nos copines.

Heureux temps. Qui fut encore plus heureux quand au Horseshoe on se réunissait autour d'un verre pour discuter de table en table du dernier film que l'on venait de voir dans les cinémas de Hamra ( Hamra, Strand, Eldorado, Le Colisée. . . )
Flash back nostalgique.

A Lundi

09 Septembre 2010

Quelle cacophonie dans les discours souvent discourtois que l'on entend par ci par là , les surenchères entre les différents protagonistes ne respectant souvent aucune règle de la préséance et en se fichant de l'opinion publique qui ne sait plus quoi penser puisque que négatif d'hier est devenu positif ce matin qui devient un "peut être "demain et obsolète, le samedi.

Chacun y va de son analyse de sa diatribe. Avec conviction ou sans conviction. Avec une plume plongée dans l'arsenic au lieu de l'encrier, avec des cris et des gesticulations ou avec le calme serein de celui qui a la force armée avec lui et qui dans un petit sourire refait passer le message "Attention on est les plus forts!!!. . . " Avec le pouce et l'index écartés formant le revolver des cow boys que nous imitions quand nous étions petits.
Et nous vivons malgré tout. Et nous faisons des projets d'avenir fondés sur le calme et la paix.

Dans l'espoir que les pro- belligérants nous foutent la paix.

Comme vous le constatez, je suis au bureau. Mais certains de mes amis chiites sont en congé. Ils suivent les préceptes du feu Cheikh Fadlallah. Les Sunnites et les autres chiites du pays fêteront demain. Et l'on nous affirme que certains pays arabes ne fêteront que samedi . . .
Le plus clairvoyant parmi tous, c'est incontestablement le Cheikh Fadlallah qui de son vivant avait établi le calcul de l'apparition du nouveau croissant de la lune, selon des données astrologiques bien précises et se basant sur les données astrologiques exactes, de l'apparition de la lune, calcul qu'ont pratiqué tous ceux qui sont montés sur la lune, y arrivant à la seconde près comme ils l'avaient calculé.
Le peuple arabe lui a choisi de vivre . . . dans les étoiles.
Et à chacun son congé. Peut être le temps est venu pour annoncer que ce "folklore". . . "faut l'clore"

Et voilà que des jusqu'au-boutistes fanatiques aux Etats Unis veulent brûler le Coran dans l'environnement direct de l'attentat de Nine Eleven (après demain donc). Quelle erreur stratégique si à Dieu ne plaise cette décision est appliquée. Le Coran n'enseigne pas aux gens de devenir fous , de s'installer dans deux avions et de les lancer sur les deux tours jumelles de New York, provoquant la mort et des dégâts incommensurables. Le monde entier avait été traumatisé.

Mais le Coran est un livre Saint plein d'enseignements et de respect d'autrui.
Des gens l'ont mal interprété et ils ont formé des hordes de sanguinaires qui au nom de l'Islam veulent tout détruire de la civilisation occidentale.
C'est faire preuve de la même hérésie que celle de brûler le Coran en public.

Samy Gemayel a donné de la voix. Et c'est vraiment le cas de le dire, lui qui a une voix fine sur les hautes notes mais ferme sur les erreurs des autres, nous a vraiment redonné cet espoir de ne pas condamner le Liban à l'hégémonie du Hezbollah qui pointe à l'horizon. Et il accuse tous ceux qui l'accusent. Et il répond non à tous ceux qui veulent dire oui et vice versa. Et prend des accents qu'aurait béni son feu oncle martyr Bachir. Mais comme le drame accompagne la vie récente des Gemayels, croisons les doigts et serrons les "phalanges" pour que le Bon Dieu le garde.

Et le jeune Gemayel, à la question des journalistes: "N'avez vous pas peur des réactions des uns et des autres?" répond:
"Samy-t'égal !"

A malin , malin et demi dit un proverbe populaire.
A parleur, parleur et demi ajouterai-je en créant un nouveau proverbe circonstanciel.
Ainsi aux rodomontades agitées du Général Aoun, a suivi le calme discours du Chef des Forces Libanaises, Samir Geagea. Mais il ne lui a pas rendu "la monnaie de sa pièce (comme nous l'annonce L'Orient Le Jour). Car le Hakim n'avait que des piécettes libanaises, et Michel Aoun voulait payer en Livres Syriennes et dinars iraniens.
Un véritable chef-d’œuvre de. . . "MONET".
Et pour ne pas me démentir on lit dans les Brèves Judiciaires, cette petite nouvelle: Un faux monnayeur livré par les autorités de Beddaoui. Et c'est un Syrien qui travaille dans les champs de cultures de la Békaa. . . .
Encore un qui se trompe et confond monnaie et . . . monnaie-du-pape

Bellemare nomme un nouveau porte-parole. C'est une dame qui s'appelle Henriette Assouad.
De deux choses l'une: ou bien Bellemare broie du . . . "noir", ou bien l'avenir de l'enquête est vraiment. . . "noir"

Les pays du Golfe échouent a finaliser leur Union douanière. Et pourtant tous les présents s'accordaient à trouver que le texte présenté était tout à fait . . . "idoine"

08 Septembre 2010

Excusez moi, mais ce matin j'ai eu un tel boulot (singulier de boulos comme chacun sait...) avec la visite de personnes venant de l'Irak pour étudier les futurs programmes avec eux, suivi d'un déjeuner et tutti quanti, que je n’ai pas eu le temps de réfléchir à quoi écrire de "nouveau" dans mon blog concernant les événements au Liban et dans le monde.

Et la lecture du Journal m'a sidéré et je suis a court d'idées nouvelles et pas suffisamment . . . "amusantes" bien au contraire.

Et la vue de cet accident mortel sur la route de Jyeh, ce bouchon énorme de la circulation, les malentendus au Conseil des Ministres sur l'utilisation des millions du Ministère des télécommunications par le Ministère des Finances, ce vacarme dans les prises de position des anciens adversaires avec les nouveaux alliés. . .
Tout cela me fait pleurer et ne me fait pas sourire.
Pour qu'à mon tour je vous fasse sourire.
Sorry. J’abrège.

Et peut être à vendredi si demain c'est la Fête.
Et dire que les américains sont arrivés le 21 Juillet 1969, sur notre satellite, à l'heure et la minute et la seconde qu'ils avaient calculées. Et que nous devons encore attendre le témoignage visuel d'un uléma pour proclamer la fête.
Ciao

07 Septembre 2010

Que se passe-t-il ? Pour l'amour du ciel, si quelqu'un peut m'expliquer ce qui se passe en ville et dans le pays qu'il me l'explique. Car moi je reste coi en demandant: Quoi?
Avec également les autres pronoms relatifs : Qui? Que ? Quoi ? Dont? Où ? Comme le Frère Innocent nous l'enseignait en quatrième au Collège de la Salle, Ain Mreysseh.

Mais en ce temps là il fallait faire des phrases contenant ces pronoms "relatifs" (je n'ai jamais su pourquoi on les appelait relatifs? Alors je cherche dans mon dico: "en grammaire "se dit des mots qui mettent en relation le nom ou le pronom qu'ils représentent et une proposition, (je n'ai rien compris, c'est pas grave puisque je sais comment les employer...)

Et je vais vous donner des exemples:
- QUI a tué le Président Hariri. C'est en fait la question du jour. Tout le monde la pose et personne ne répond.

- QUE veulent les membres du Hezbollah (et par similitude QUE veut Michel Aoun) C'est aussi la question pour l'avenir. Certains répondent: ils veulent le Liban, à majorité chiite et présidé, néanmoins par un président maronite, à l'ego planétaire j'ai nommé: Michel Aoun...

-...DONT on dit qu'il veut être calife à la place du Calife. Du moins si les syriens ne changent pas d'avis après le recul de Cheikh Saad, et appuient ce dernier en lâchant le général qui redeviendrait simple particulier.(Ici ne pas confondre DONT avec Don, qui dans ce dernier cas est un cadeau que l'on fait. Exemple: Les Syriens font Don de la Présidence de la République à Aoun...)

- QUOI ! très utilisé dans l'interrogation Quoi de Neuf? Egalement dans l'étonnment: "Quoi! Saad admet son erreur?" Egalement utilisé dans une phrase qui continue l'interrogation précédente :"Il n'y a pas de quoi !"
(le point d'exclamation est de l'auteur.)

- OU ? Alors là tout est permis.
Ou sans accent sur le u est une conjonction de coordination qui marque l'alternative. Exemple chez le CPL : Qui après Michel Sleiman? réponse Michel ou Michel.(ce qui est un choix général...)
Où ? avec un accent grave sur le u (ù) et qui est alors un pronom adverbe relatif. Par exemple le Général Aoun passant près du Pala

Pages: 1 2

Mai 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Jean-Claude Boulos

ECRIVEZ VOTRE COMMENTAIRE en cliquant au bas de chaque catégorie. Découvrez la biographie, les poèmes d’Amertumes, tous les chapitres de La Télé, Quelle Histoire, les articles, les photos de Jicébé…

Rechercher

powered by
b2evolution