Articles publiés dans la presse

01.08.11

Articles publiés dans la presse

Permalien 08:15:00, Catégories: Articles  

Adieu, veaux, vaches…
Janvier 2001

…Poulets, dindons, continue la célèbre fable de Pierrette et le Pot au Lait. Doit-on nous aussi verser une larme sur ce que nous avons toujours considéré comme notre plat de tous les jours : le bifteck frites ou le château (très brillant) Rouge.

La vache ! Ah vraiment elle fait partie de notre quotidien. Votre patron vous embête : Ah la vache ! Le traitez-vous en catimini. Si vous voyez Zidane tirer au but vous criez c’est vachement bien tiré, mais si Maldini met un but à Barthez, c’est vachement malheureux, hurlez-vous. Et en politique on attend toujours avec impatience les vacheries que le Ministre de L’industrie va faire au Ministre de l’Economie.

Depuis deux ans la vache fait la Une ! Parce qu’on lui a découvert une maladie qu’ont dépistée deux savants …. - ……. (Que les lecteurs remplissent eux-mêmes les points, je suis incapable de retenir leur nom !), la vache est devenue folle et au lieu de la mettre dans un asile d’aliénés on l’abat tout simplement.
BŒUF! dirait son mari qui trouve ainsi un bon moyen de se débarrasser de sa compagne. Comme les humains d’ailleurs. 65% des divorces commencent comme ça :
« Monsieur le Juge il me traite de vache ». Mais non Monsieur le Juge, elle est folle, croyez-moi ». Et on abat le mariage.

Notre économie aussi se réfère à la vache. Depuis deux ans, on nous dit que l’on vit une période de vaches maigres et qu’il faut suivre le …régime. Bien sûr, maintenant on nous promet les années de vaches grasses. Ou « grâce ». Ou tout simplement « grass », synonyme anglais de « hash ». Absolument stupéfiant.

Alors que faire ? La vie sans vache ça va être tout simplement triste. D’ailleurs le regard de la vache est triste, bien avant sa folie. Et pour cause : demandez donc aux représentantes de sexe faible, si elles ne seraient pas tristes si on leur caresse la poitrine 365 jours par an, en leur faisant une fois l’amour. J’en connais qui deviendraient folles (Eh !). Je n’ai qu’un seul exemple de vache heureuse. On en a fait tout un fromage d’ailleurs. Et le Slogan est tout simplement : « Notre vache est BEL parce qu’elle rit ».

Vous vous imaginez si on doit éliminer la vache, ou le bœuf, ou le veau de nos habitudes ?
Ainsi maintenant en période de Noël, qui va réchauffer le nouveau-né, si on n’a pas la vache.
Comment crierait-on « Mort aux vaches » dans une manifestation anti-flics, s’il n’y a plus de vaches et partant, plus de flics !

Comment traiter son patron de « peau de vache » si elles ne sont plus là. (A moins de lui mettre une peau de banane pour le faire déraper).
Et tous les politiciens, pourront-ils s’abstenir de donner un coup de vache à leurs confrères. On ne mangera plus un « vacherin » glacé à la fin du repas.

Essayons de la remplacer dans nos assiettes. Premier remplacement qui me vient à la tête : la poule (A condition qu’elle ne fasse pas le trottoir). L’aile ou la cuisse. Il y a un précédent fâcheux. Henri IV avait demandé qu’on mette la poule au pot tous les dimanches. Et on sait ce qui lui est arrivé : un certain Ravaillac excédé sans doute par la monotonie du repas dominical l’a tout simplement abattu. La Vache !

On pourrait essayer la dinde. Mais à force on pourrait devenir le Dindon de la farce ou tout simplement la farce du Dindon. Et puis c’est la même chose car la poule était allée à Calcutta et elle est revenue… d’Inde !

Le poisson est recommandé par contre. Mais attention il faut savoir donner le « thon »
ne pas tomber sur un « requin » qui vous enverrait knock-out au « sole », en vous laissant une méchante « raie » sur la figure.
Un avantage quand même : vous pouvez vous mettre au « bar » sans prendre une cuite. Et avec un peu de chance vous irez danser avec les « loups ».
Deux catégories à ne pas servir aux dames : les « moules » et les « morues » car elles n’aiment pas s’en faire traiter.
D’accord d’accord je vous entends : Arête, arête. Pourtant j’avais une vachette « baleine » de ces mauvais calembours.

Pour conclure je voudrais réconforter mes amis libanais.
L’armée n’est pas allée au Sud. Israël riposte à la frontière –
Les palestiniens bougent dans les camps. Les politiciens se déchirent sur la présence fraternelle. La croissance est au point zéro. L’économie ne démarre pas. Mezzé devient un centre de culture à Damas et des plats divers à Beyrouth.
La pollution bat son plein. L’environnement bat son vide.

Alors vous pensez vraiment que les vaches seraient assez folles pour venir au Liban ?

Mangez tranquilles. Il y a déjà assez de fous qui circulent dans nos rues.

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

Novembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Jean-Claude Boulos

ECRIVEZ VOTRE COMMENTAIRE en cliquant au bas de chaque catégorie. Découvrez la biographie, les poèmes d’Amertumes, tous les chapitres de La Télé, Quelle Histoire, les articles, les photos de Jicébé…

Rechercher

powered by
b2evolution