AMERTUMES (1990)

03.08.08

AMERTUMES (1990)

Permalien 14:40:09, Catégories: Bibliographie, Amertumes  

Delenda Berytus

Beyrouth, tu as été berceau de mon enfance
Ville gaie, ville joie, ville de l’insouciance
La mer qui te baignait m’a parlé maintes fois
Et tes plages dorées ont été mes compagnes
Ton cœur battait alors au rythme de nos passions
Ton charme coulait dans tes veines et tes artères
L’hymne des libertés se chantait dans tes rues
Hymne de la parole, du verbe et des valeurs
Chacun était poète, musicien et artiste
Chacun était peintre, le chantre de la vie
Et la vie se donnait dans la grande euphorie
Les peuples vivaient en toi sans l’espoir de mourir
Pourquoi a-t-on voulu à tout prix te détruire

Beyrouth, tu as été témoin de mes amours
Amourettes d’enfant, de jeunesse de toujours
Mon cœur battait alors au rythme de mes passions
Cafard dans mes nuits longues, spleen de solitude
Ou rondes infernales des nuits de carnaval
Larmes de déception au rond point des adieux
Eclats de rire heureux en quelques retrouvailles
Collection de bonheurs feuilles de marguerite
Je t’aime, un peu, beaucoup et quelque fois la suite
Rendez-vous des dimanches qu’on prenait en cachette
Dans tes bars paisibles, dans tes cafés guinguettes
Personne parmi nous ne parlait de mourir
Pourquoi a-t-on voulu à tout prix te détruire.

Beyrouth quand tes passions se sont déchaînées
La lave du volcan furieux a entraîné
Les efforts de tant d’hommes morts pour te construire
Et le rendre plus belle pour les siècles à venir
Tu as grandi trop vite, tu as grandi trop beau
Pour que les loups jaloux te laissent quelques lambeaux
Et ton cœur a battu au rythme de leurs passions
Brisant tous les printemps qui osaient refleurir
L’hymne des funérailles se chantait dans tes rues
Et al mort a rodé dans tes veines tes artères
Tes enfants t’on tuée dans leur folie de guerre
Nous ne pouvions plus que parler de mourir
Pourquoi a-t-on voulu à tout prix te détruire

Beyrouth, des hommes ont massacré ton immortalité
Dessinant ton déclin comme la fatalité
Des réfugiés « paisibles » venus de Palestine
Des soldats « innocents » envoyés de Syrie
Une armée fantastique dévalant d’Israël
Des intégristes hirsutes prenant parti de Dieu
Et maintenant nous qui t’avons tant aimée
Nous sommes l’hallali devant ton agonie
Nous t’avons dépecée entre l’Est et l’Ouest
Puis nous t’avons tranchée entre un Est et l’autre Est
Et nous te regardons lézarder ton visage
Comme des rides au front sous le poids de carnage
Les peuples vivaient en toi dans l’espoir de mourir
Pourquoi a-t-on voulu à tout prix de détruire

Beyrouth sous les canons, tu te brises et, tu sombres
Dans un amas fumant de funestes décombres
Que va-t-on retrouver dans tes veines tes artères
Et ton cœur battra-t-il au rythme de tes passions
Que sera la dentelle des balcons de Sursock
Et l’escalier des Arts verra-t-il autre chose
Que les impacts d’obus de mortiers et de balles
Ta place des Canons pourra-t-elle refleurir
Ta fontaine dans les souks saura-t-elle rejaillir
Tes plages de luxe, ton souk de bijoutiers
Ton âme de liberté, ton cœur d’éternité
S’arrêteront-ils un jour de mourir, de mourir
Pourquoi a-t-on voulu à tout prix te détruire.

Beyrouth j’ai vu de mon balcon la mort planer sur toi
Les obus assassins se partageant leur proie
Sous la fumée intense des incendies barbares
Ou dans le rougeoiement des feux des réservoirs
Tu tendais tes deux tours vers le ciel inconscient
Comme deux bras suppliants, décharnés et en sang
Pour éloigner de toi le calice d’agonie
J’ai vu tous les impacts se creuser sur tes murs
S’abattant sur les lieux où jadis j’ai connu
Les joies de l’innocence, la passion des vivants
Les espoirs de jeunesse, l’audace des espérances
Des obus déchiraient tes veines et tes artères
Te vidaient de ton sang sous une pluie d’enfer
Les larmes dans les yeux je te voyais mourir
Pourquoi a-t-on voulu à tout prix te détruire.

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40

Septembre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Jean-Claude Boulos

ECRIVEZ VOTRE COMMENTAIRE en cliquant au bas de chaque catégorie. Découvrez la biographie, les poèmes d’Amertumes, tous les chapitres de La Télé, Quelle Histoire, les articles, les photos de Jicébé…

Rechercher

powered by
b2evolution