AMERTUMES (1990)

03.08.08

AMERTUMES (1990)

Permalien 14:40:09, Catégories: Bibliographie, Amertumes  

Aujourd’hui je vis

Aujourd’hui je vis, demain tu meurs
C’est la roulette du malheur
Elle choisit à l’aveuglette
Un homme, une femme ou un enfant
Tourne la roue du malheur
Tourne la roue de l’horreur
Les balles s’arrêtent rouge ou noir
Rouges comme le sang des abattus
Noires comme les robes dans la rue
Les balles s’arrêtent sur l’impair
Fauchant un cousin ou un père
Les balles s’arrêtent sur le pair
Deux sont morts, quatre vivent encore
Pour parler de ceux qui meurent
Pour raconter ceux qui s’en vont
Aujourd’hui je vis, demain tu meurs
C’est la roulette du malheur

Aujourd’hui je vis demain tu meurs
C’est le carrousel du malheur
Tourne la grande roue du carnaval
Tombe dans la rue, t’es l’animal
Qu’il faut prendre à l’abattoir
Car il ne croit pas en toi
Car tu ne crois pas en lui
Derrière ton tas de sable
Tourne la roue du carrousel
Elle chope celui ou celles
Qui doivent aller vers l’éternel
C’est toi, c’est moi demain peut être
Au hasard d’une rue d’une fenêtre
Alors buvons mon vieux à l’amertume
Qui blesse ton coeur, qui tue mon âme
Buvons avant qu’il ne soit trop tard
Aujourd’hui je vis, demain tu meurs
C’est le carrousel du malheur

Aujourd’hui je vis demain du meurs
C’est le barillet du malheur
Une balle dans mon revolver
Approchez messieurs dames approchez
Vos tempes grises sanguinolentes
Sur ma bouche à feu sanglante
Laissez venir les petits enfants
J’ai une balle pour leur sang
Je tourne le barillet et clac
C’est le trou vide ou le trou plein
C’est toi qui vis c’est moi qui craque
Approchez vous sans vous presser
Car il y en a pour tout le monde
Le canon frappe, les fusils grondent
Et la mort bientôt va passer
Aujourd’hui je vis, demain tu meurs
C’est le barillet du malheur

Aujourd’hui je vis demain tu meurs
C’est la ronde du franc tireur
Am stram gram piqué piqué colegram
Aujourd’hui c’est toi madame
Un, deux, trios, je m’en vais au bois
Un, deux, trois, c’est ton tour je t’abats
Il passe, il trébuche, il trépasse
Le renard passe passe
Où va-t-il s’arrêter
Où va-t-il s’arrêter
Dans la folie des assassins
Si c’est pas aujourd’hui à demain
J’ajoute une encoche à ma crosse
Aujourd’hui je vis demain tu meurs
C’est la ronde du franc tireur

Aujourd’hui je vis demain tu meurs
C’est la valse des artilleurs
Des chiffres tournent dans ma tête
Ce ne sont pas que des millimètres
Mais qui font mal mais qui font mal
Le cent vingt, le cent trente, le grad
Chacun en prend pour son grade
Quand ils éclatent tout se désole
Il n’y a plus que des trous béants
Vestiges d’un peuple, vestiges d’un temps
Que l’on voulait civilisés
Vestiges d’un espoir passé
Et qui brûlent dans les décombres
Sinistres murs, sinistres ombres
Et gravats sur la chaussée
Aujourd’hui je vis, demain tu meurs
C’est la valse des artilleurs

Aujourd’hui je vis demain tu meurs
C’est le tourbillon du malheur
T’as faim, j’ai soif, t’as froid de peur
Mon cœur bat à perdre haleine
La mort nous guette au coin d’une rue
Dans nos abris bien incongrus
La mort nous guette en ricanant
Comme la pendule de Brel attend
Sans même nous donner le temps
D’être des vieilles, d’être des vieux
De nourrir un jour, heureux
J’ai froid de savoir que demain
Tu ne seras plus, je ne serai plus
Serre moi la main, adieu peut être
Aujourd’hui je vis demain tu meurs
C’est le tourbillon du malheur
Aujourd’hui tu vis demain je meurs

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40

Juillet 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Jean-Claude Boulos

ECRIVEZ VOTRE COMMENTAIRE en cliquant au bas de chaque catégorie. Découvrez la biographie, les poèmes d’Amertumes, tous les chapitres de La Télé, Quelle Histoire, les articles, les photos de Jicébé…

Rechercher

powered by
b2evolution