AMERTUMES (1990)

03.08.08

AMERTUMES (1990)

Permalien 14:40:09, Catégories: Bibliographie, Amertumes  

Saint Valentin

Le ciel est gris pour la Saint Valentin
Comme si l’amour
N’existait pas
N’existait plus
Crevait dans les nuages gris
Ou dans la mer grise

La pluie s’est mise à tomber
Triste comme l’amour
Triste comme les larmes
Qu’on garde au fond de soi
Pour ne pas se laisser
Aller au désespoir de soi

Il fait froid pour la Saint Valentin
L’amour est en congé
Pour raison de carnage
Je te tue, te me tues
Ecrit-on dans les cœurs
De la Saint Valentin là où naïf

Quelqu’un
Avait écrit je t’aime, tu m’aimes

L’amour est en congé
Pour cause de barbarie
Et l’on a bu et l’on a ri
A l’enterrement de son ami
Et l’on a ri et l’on a bu
A la santé des inconnus
Qu’on a tués d’un coup de hache
Brûlés vifs
Enterrés vivants
Et l’on a ri et l’on a bu
A la santé de ceux qui restent
Et dont il ne reste
Presque plus rien,
Dans les caves
Les trous des fosses
Creusées à même l’herbe folle
Vite,
Très vite
Comme pour cacher son drame
Comme pour celer son âme.
Le ciel est noir pour la Saint Valentin
Noir de fumée et de suie
Noir de sang coagulé
Noir de fantômes de jadis
Quand Valentin c’était l’amour
Les farandoles de la joie
Les je t’aime pourquoi
Les cœurs qu’on épouse
Les âmes qu’on tricote
Au coin des feux de bois
Les anneaux qu’on échange
En échange de la vie

Les instants où l’on oublie
Que mourir a sens
Où la vie prend le pas
Sur le pas de la vie
Quand les lèvres tremblaient
Ni de froid,
Ni de peur,
Mais d’amour comblé
La farandole est pavane
Les cœurs se désépousent
On ne tricote plus les âmes
Et les anneaux s’échangent
En échange de la mort
La nuit a endeuillé la Saint Valentin

Et le gras sonne au tocsin des églises
Car l’amour est en congé
Pour cause de maladie
Il est allé ailleurs
Sous un ciel
Qui n’est plus
Ni gris
Ni froid
Ni noir
Ni pluie
Sous en ciel où l’on sait
Se dire encore je t’aime
Sous un ciel où les nuages
Sont blancs
Et les gens
Croient encore en l’amour

Oui le ciel gris pour la Saint Valentin
Il n’y a plus de saint
Il n’y a plus de mains
Qui se joignent en bonheur
Il n’y a que malheurs
Qui naissent sous les bombes
Eclatent sous les éclairs
Et mêlent leurs larmes amères
A l’eau de la pluie fine
Qui tombe, fine, fine
Sur la tombe des cœurs
Qui ont cru à la Saint Valentin.

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40

Janvier 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Jean-Claude Boulos

ECRIVEZ VOTRE COMMENTAIRE en cliquant au bas de chaque catégorie. Découvrez la biographie, les poèmes d’Amertumes, tous les chapitres de La Télé, Quelle Histoire, les articles, les photos de Jicébé…

Rechercher

powered by
b2evolution